Union Locale CGT Paris 11

UD CGT 75

D 19 juin 2014     H 07:02     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Soutien de l’UD de Paris à la grève des cheminots

L’Union Départementale CGT de Paris tient à affirmer tout son soutien aux syndicats et aux cheminots en grève pour la défense du service public et du statut et le retrait de la réforme ferroviaire.

Une fois de plus, le gouvernement met en œuvre sa politique de casse des acquis sociaux, de l’emploi industriel et des services publics.

Partout, les salariés s’organisent et se mobilisent contre cette politique d’austérité et de régression sociale : fonctionnaires pour leur pouvoir d’achat ; enseignants pour la défense de l’enseignement public ; intermittents du spectacle pour la défense des annexes 8 et 10, salariés du commerce contre le travail dissimulé ou contre le travail dominical…

La réforme ferroviaire du gouvernement -dictée par les directives européennes- conduit à l’éclatement de la SNCF et à la remise en cause des garanties statutaires des agents.

Si elle venait à être votée, cette réforme amplifierait la dégradation de la qualité de services et de matériels dont la catastrophe de Brétigny sur Orge en juillet 2013 et le scandale des rames de TER trop larges sont des illustrations.

L’union départementale CGT de PARIS appuie les revendications de la fédération CGT des cheminots :

- d’une réunification du système ferroviaire dans une unité économique publique unique (SNCF) rétablissant l’égalité de desserte dans tout le pays, l’égalité et la clarté tarifaire, le rétablissement de guichets et accueils avec des êtres humains, le développement du fret,
- le maintien des garanties statutaires des cheminots et leur embauche sous statut,
- le refus que la dette et les intérêts de la dette pèsent sur les investissements nécessaires à la modernisation du système ferroviaire. Cette dette n’est pas celle des cheminots ni celle des usagers de la SNCF. Ce n’est ni aux cheminots (par la baisse des effectifs et l’augmentation de la productivité), ni aux usagers de la SNCF (par l’augmentation des tarifs) de payer une dette qui n’est pas la leur.

La réforme du gouvernement ne répond en rien à ces exigences. Elle est inacceptable. Elle doit être abandonnée.

Le gouvernement doit entendre l’exigence que s’ouvrent immédiatement des négociations sur la base des revendications des agents de la SNCF en grève à l’appel de leurs organisations syndicales et reporter le débat parlementaire.

Nous appelons l’ensemble des organisations CGT de la capitale, les salariés et les usagers, à manifester leur solidarité active en participant aux rassemblements, en écrivant au Président de la République, et en aidant financièrement les grévistes.

Paris, le 16 juin 2014

Rechercher