Union Locale CGT Paris 11

Les agent-e-s des SIE du 19ème

D 11 juillet 2014     H 10:26     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Services des Impôts des Entreprises du 19ème arrdt : audience du 9 juillet

En réponse à leur pétition relayée par les organisations syndicales, les agent-e-s du SIE Villette, rejoints par ceux des Buttes-Chaumont, ont été reçus sur site par 3 représentants de la Direction mercredi 9 juillet en présence d’un des 2 chefs de service.

Si le contexte actuel les conduisaient à la retenue, il n’en demeure pas moins que les réponses données laissent perplexe. Difficile en effet d’obtenir une réflexion de fond sur les difficultés que rencontre ces services et encore moins une promesse ou un engagement pour en sortir.

Les suppressions d’emplois sont renvoyées aux politiques, les problèmes matériels aux choix de la Direction Générale, la charge de travail aux priorisations par les chefs de services et la gestion des personnels aux règles de gestion défendues par les organisations syndicales...

Anticiper la pénurie !

Les agent-e-s du SIE Villette obtiennent le détachement d’un agent C expérimenté afin de renforcer la « cellule » comptable réduite au fil des départs à une seule et unique collègue en cours de formation. Il ne s’agit ni plus ni moins que de répondre par un détachement, réalisé avec l’accord de l’agent concerné, à une situation de crise exceptionnelle susceptible d’entraîner le blocage d’un service comptable. Nos directeurs ayant l’affront de nous opposer la défense des règles de gestion par les organisations syndicales tout en pratiquant de leur côté les détachements à leur profit, en multipliant les gels de postes et en répartissant depuis des années les suppressions dans des proportions bien différentes !

Les déficits d’agent-e-s B ou C sur les 2 SIE, les agent-e-s maintenus en ALD sur des postes vacants depuis des années, la collègue détachée à la volée à la DNVSF, ou les absences de longue durée non remplacées sont des réalités vécues au quotidien auxquelles nos directeurs n’apportent aucune réponse valable.

Là encore, la stratégie consiste à se défausser sur les chefs de services censés trouver les solutions organisationnelles permettant d’anticiper le manque de moyen par la priorisation. La Direction refuse quant à elle de prendre ses responsabilités et de transmettre des directives écrites actant les abandons de missions qu’elle suggère. Sachant qu’au stade où nous en sommes, les services ne disposent plus de toute façon des marges de manœuvre permettant des ajustements. Nous l’avons à nouveau constaté à l’occasion du traitement accéléré des Crédit Impôt Compétitivité des Entreprises réalisé à flux tendu.

Des matériels en cours de dématérialisation...

Les 2 SIE, comme la plupart des services, subissent par ailleurs des difficultés matérielles motivées par de pseudo rationalisations dont on a du mal à saisir les enjeux. L’absence de renouvellement d’ordinateurs fonctionnant au ralenti ou la suppression des imprimantes locales génère effectivement de petites économies comptables mais provoque surtout des dysfonctionnements et des pertes de temps et d’énergie qui ne semblent pas réellement pris en compte. La dégradation des conditions de travail est par contre bien réelle. La Direction, après avoir proposé les impressions groupées par code auteur, explique maintenant que des services éditiques extérieurs pourraient être mis en place à moyen terme. Dans l’immédiat, le SIE Villette ne désespère pas que son fax soit réparé !

Les problèmes de ménage, d’entretien des sanitaires et de la climatisation témoignent également d’économies sur les contrats de maintenance réalisées sur le dos des salarié-e-s et des usagers. L’entretien du bâtiment participe pourtant aux conditions de travail. Or, malgré les signalements répétés depuis des mois aucune réponse n’est apportée à ces problèmes d’hygiène et de santé. Un seul toilette homme est encore en état de fonctionnement pour l’ensemble des collègues du 5ème étage, alors même que des arrivées de collègues sont prévues !

Au final, les réponses sont floues, à venir ou en devenir... Dans le contexte de multiplication des audiences, des pétitions, des alertes et autres envahissements, la Direction parisienne ne peut plus développer l’habituel registre de l’ignorance et de la découverte de la vie des services. Elle s’oriente donc vers un aveu d’impuissance dont le principal intérêt est de la dédouaner de toute responsabilité. Nous noterons malgré tout une certaine fébrilité à l’égard de tel ou tel intervenant qui semble témoigner de la limite de l’exercice du terrain et d’une certaine usure face à la pratique des services.

En attendant, les agent-e-s considèrent que leurs revendications n’ont pas été satisfaites. La sortie du mouvement des B le jour même de l’audience confirme d’ailleurs le non remplacement d’un des départs et entraîne de nouvelles inquiétudes sur la suite des opérations.

NOUS ATTENDONS DONC DES RÉPONSES IMMÉDIATES À LA DÉGRADATION DE NOS CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE NOS MISSIONS ET NON UN DIALOGUE SOCIAL DE FAÇADE QUI COMMENCE SÉRIEUSEMENT À S’EFFRITER !

Paris, le 10 juillet 2014

Rechercher