Union Locale CGT Paris 11

vendredi 27 mai 2016 à 9h Palais de justice de Bobigny Métro Bobigny-Pablo-Picasso

D 18 mai 2016     H 09:00     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Procès des salariés d’Air France « chemises déchirées »

Lieu : Bobigny 173 avenue Paul Vaillant Couturier Bobigny (93) : Métro Bobigny-Pablo-Picasso / Tram Libération

9h - début du rassemblement
10h - film "Comme des lions".
12h - prises de parole
14h - concert de soutien avec Soviet Sup
17h - fin du rassemblement

Goodyear / Air-France - même combat - pour les libertés syndicales

CGT 93, FO 93, FSU 93, Solidaires 93, Unef, UNL

Pour soutenir les salariés d’Air-France convoqués au TGI de Bobigny et pour défendre le droit de se défendre.

« Les organisations syndicales de la Seine-Saint-Denis ont eu l’occasion d’exprimer leur profonde indignation et leur colère suite à la condamnation de 8 ex-salariés Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois ferme.

Dans une région fortement frappée par le chômage, dans le cadre d’un conflit social âpre où les salariés étaient engagés contre la casse de 1173 emplois,luttant pourleurdignité et le devenir social de leur famille, un accord de fin de conflit avait été signé entre la direction de Goodyear et le syndicat majoritaire de l’entreprise.

Cet accord, conclu après une bataille de 7 ans, actait, entre autre, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires contre les militants syndicaux.

C’est donc le Procureur de la République,qui a décidé de poursuivre l’action judicaire. Ce qui donne à cette condamnation un caractère politique.

Dans un contexte d’état d’urgence, où cette loi d’exception est parfois détournée pour tenter de faire taire le mouvement social, où l’on constate que des militants écologistes sont assignés à résidence, cette attaque contre des militants syndicaux, est un nouveau très mauvais signe.

Elle s’inscrit dans un mouvement de criminalisation de l’action syndicale, qui ne cesse de s’accentuer, avec notamment les gardes à vue de salariés d’Air France.

Des gardes à vue qui faisaient suite aux accusations publiques du 1er ministre contre des salariés, condamnés avant le moindre procès, après les évènements dits « de la chemise ». Des propos martiaux du chef du gouvernement, qui ont totalement débridé la direction d’Air France dans sa stratégie répressive. La direction du travail a rétabli un délégué syndical d’Air France dans ses droits, après son licenciement arbitraire, ce dont nous nous félicitons.

Les militants qui se font les portes voix de la défense des libertés syndicales et démocratiques, des combats pour l’égalité et la justice sociale, n’ont pas à être traités comme des délinquants.

Laisser entendre l’existence de « deux poids deux mesures », permettre que s’installe la criminalisation de ceux qui luttent pour le bien commun, faire du souci de la sécurité une arme contre nos libertés, serait entrer dans des chemins bien obscurs, que nous refusons !

Nous adressons toute notre solidarité aux8exsalariés de Goodyear, exigeons l’arrêt des poursuites à leurs encontre, et la réintégration des 5 salariés d’Air France.

Nous appelons à rejoindre le comité de soutien départemental de Seine-Saint-Denis aux salariés de Goodyear et d’Air France ».


Rechercher