Union Locale CGT Paris 11

D 13 janvier 2016     H 23:35     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Nouvelle journée d’actions pour les grévistes du nettoyage

La journée d’hier mercredi 13 janvier a connu une mobilisation réussie des grévistes et de leurs soutiens. Environ 90 personnes acheminées par 2 cars se sont rassemblées devant l’Accor Hotels Académie à Evry Courcouronnes pour un rassemblement combatif et festif de soutien à la lutte. En effet, le groupe Accor utilise beaucoup les services de OMS et de ses filiales en sous-traitance. Cet hôtel-école utilise lui-même les services d’OMS.

En grève depuis le 21 septembre 2015, 115 jours aujourd’hui, les grévistes sont baladés par PARIS HABITAT et OMS qui se comporte comme une entreprise négrière avec des méthodes de voyous, tout comme dans ses filiales hôtelières LCS et SOLITIS. PARIS HABITAT et ACCOR, les donneurs d’ordres, sont complices de fait de ces pratiques. Dans ces hôtels, ACCOR et le groupe OMS pratiquent le travail dissimulé avec le paiement à la chambre et non à l’heure avec des cadences impossibles à tenir, exercent le marchandage, ne versent pas de 13ème mois ni d’indemnités ou de nourriture aux femmes de chambre de la sous traitance !

La Mairie de PARIS est loin d’être innocente dans ce conflit en ne donnant pas comme instruction au Président de PARIS HABITAT, Mr MADEC, ancien maire socialiste du 19ème, de rompre les contrats conclus avec des sociétés de nettoyage qui pratiquent le marchandage et le travail dissimulé. Comment PARIS HABITAT peut-elle justifier avoir rempli ses obligations de donneur d’ordres quand on sait que plusieurs salariés d’OMS ont le même numéro fantaisiste de sécurité sociale (1999999999999 pour les hommes et 2999999999999 pour les femmes 1) alors même que le précédent prestataire avait donné le bon numéro à OMS lors de la reprise du marché ? Comment un bailleur dit « social » comme PARIS HABITAT peut-il accepter de conserver une entreprise qui ne lui présente pas tous les 6 mois l’attestation de vigilance fournie par l’URSSAF justifiant qu’OMS est en règle vis-à-vis de cet organisme ?

La lutte s’amplifie et vise désormais les donneurs d’ordre qui eux aussi doivent prendre leurs responsabilité. Merci à toutes celles et tous ceux qui soutiennent ces salarié-e-s exploité-e-s à défendre leurs droits les plus élémentaires.


Télécharger la vidéo


Les grévistes du nettoyage ont bien réchauffé l’ambiance hivernale de cette belle banlieue parisienne dans laquelle l’hôtelier a installé son centre de formation. Malgré les premiers frimats de l’hiver, il faisait plus chaud à l’extérieur qu’à l’intérieur ! Un bel exemple de lutte festive qui donne une petite idée de leur détermination à gagner cette lutte contre l’exploitation.

Télécharger la vidéo


La journée d’action s’est poursuivie à la mairie de Paris par une prise de paroles des grévistes qui ont ainsi pu relayer leur lutte auprès des responsables politiques du marché du nettoyage dans l’office public du logement social.

Les grévistes ont pu s’exprimer à l’occasion des voeux du groupe communiste, rappeler leurs revendications et réitérer leur demande de rupture de tous les contrats entre OMS et Paris Habitat.

En effet, dernière provocation, la société à fait ses ultimes propositions aux grévistes dans l’après midi et se dit prête à signer un accord par lequel les grévistes obtiendraient :
- des vêtements de travail et la mise à disposition de machines à laver pour leur entretien
- une augmentation d’environ 6 € par mois pour les plus bas salaires (passage de AS1 à AS2)
- et en guise de paiement des jours de grève un rappel de salaires de 730 € en moyenne par salarié, ce qui ne couvre même pas un mois de grève, alors que les grévistes en sont à plus de 3 mois et demi.
- et accepte de lever toutes les sanctions contre les grévistes y compris contre les délégués....sanctions complètement illégales !!!

Il faut rappeler que l’inspection du travail avait refusé la demande de licenciement des délégués présentée par OMS, mais que la société contestait cette décision !!!

Les grévistes estiment, malgré la difficulté de leur lutte et les problèmes matériels qu’ils affrontent, que cet accord est impossible à signer et que c’est une nouvelle marque de mépris de leur employeur.

Intervention de M Dabo
discours de M Dabo
Le monsieur à côté de Jeanette, c’est Ian Brossat

OMS_LCS voyous, ACCOR complice
L’article du parisien
France 3 régions

Voir en ligne : la page des grévistes

Rechercher