Union Locale CGT Paris 11

cgt culture ville de Paris

D 2 janvier 2016     H 08:41     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


La direction de Paris-Musées fait sa timide avec les syndicats

Le 13 janvier prochain, Delphine Levy, la directrice de Paris-Musées, va présenter aux agents du musée Carnavalet les conditions dans lesquelles seront réalisées les travaux ainsi que le sort qui leur sera réservé ...

N’aurait il pas été plus judicieux, plus courtois, soyons fous, osons même plus respectueux d’informer en amont les organisations syndicales ? A croire que la direction de l’établissement public en charge des musées municipaux parisiens a peur de rencontrer les représentants du personnel.

Certes, il est dans l’air du temps de zapper les organisations syndicales, à preuve les référendums qui se multiplient dans les entreprises pour mieux faire avaler des couleuvres aux salariés, souvent mal informés, plutôt que de discuter avec des représentants démocratiquement élus et donc parfaitement légitimes à défendre le droit des travailleurs. Mais ceci explique peut être cela, et c’est de mauvais augure, Paris-Musées sait parfaitement à quelle sauce seront mangés les agents...

Il faut dire que l’établissement public fait tout pour cacher le sort qu’il compte réserver aux personnels du musée Carnavalet

Mais voilà, on fait durer le plaisir, on assure « qu’on aidera les agents dans leur éventuelle démarche de reconversion professionnelle ». Mais de quelle façon ?

La DRH a-t-elle listé les postes vacants à,proposer à ses agents ? Quelle marge de manœuvre auront ceux-ci pour refuser telle ou telle affectation alors qu’en dernier ressort ce sont les fameuses « nécessités de service » qui font loi et que les agents ne sont pas « propriétaires de leur poste » ?...

On connaît également les méthodes de certaines directions d’établissement : « Je ne veux pas d’untel qui est trop comme cela ou d’une telle dont on m’ a confié qu’elle est trop comme ceci » etc...Aaaahhhh !! Cette fameuse rumeur et son corollaire, la discrimination qui, proche de la calomnie, doublée d’une psychologie de comptoir teintée d’un certain sadisme et marquée par l’ivresse du petit pouvoir, permet excommunier sans raison un certain nombre d’agents.

Delphine Levy, la directrice de Paris-Musée à la pêche aux derniers potins

Sans compter « l’abus à des fins privées, d’un pouvoir reçu en délégation publique.. » dont Paris-Musées, assure la main sur le cœur que cela n’existe pas dans les musées ! Pourtant on connaît les promotions éclair et les postes réservés aux copains, voire aux copains des copains... La démocratie, dont le service public devrait être la vivante incarnation, c’est la transparence. Est-il certain que celle-ci soit respectée dans les musées ? On peut en douter.

La CGT souhaite ardemment que soient pris en compte les souhaits des agents. Et de tous les agents. Un souhait d’autant plus facile à satisfaire que la plupart des musées sont en sous effectif, au moins pour ce qui concerne les personnels en charge de la surveillance et leur hiérarchie. Idem pour les agents du PC de sécurité qui n’ont pas ménagé leur peine et leur temps malgré le peu de reconnaissance de leurs compétences et le manque de dialogue au sein de l’établissement.

Ce que nous demandons est simple : que les refus d’accueillir un ou une collègue soit clairement argumenté et consigné par écrit par le chef d’établissement afin d’éviter toutes formes de discriminations, telle que la syndicalophobie, symptôme névrotique fort répandu à Paris-Musées qui génère une forte angoisse chez certains chefs d’établissement et résisterait probablement à toute forme de thérapie.

Nous demandons également que la DRH accompagne réellement les agents avec des propositions de poste concrètes et une information claire qui prendra en compte leurs problèmes, notamment de santé. En effet, dans certains établissements le taux de personnes handicapées ou reclassées atteint le chiffre très elevé de 30% !!!

Enfin, nous souhaitons que les personnels de Carnavalet puissent être accompagnés d’un représentant syndical de leur choix. Évidemment, nous les encourageons vivement à choisir la CGT (car l’essayer, c’est l’adopter). La balle est donc dans le camp de Paris Musées pour que cette année 2016 soit une réussite en terme de dialogue social.

La CGT demande que les personnels de Carnavalet puissent être accompagnés

Rechercher