Union Locale CGT Paris 11

CGT Police Paris SGAP / Préfecture de Police

D 25 mai 2014     H 14:25     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


La contractualisation du métier de policier

La police de demain ce sont... les ADS !

Oui c’est officiel et couché noir sur blanc pour notre chère préfecture. Cf :http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Nous-connaitre/Concours/Recrutement/Adjoints-de-securite-ADS-75-92-93-et-94

On peut alors logiquement supposer que le qualificatif de "Police" va également disparaître au profit d’un terme beaucoup plus évocateur et prisé par nos gouvernants et les médias "La Sécurité".

L’administration expose clairement ses intentions : recruter des jeunes en CDD, payés au SMIC, sans aucune revalorisation du salaire, remerciables au bout de cinq ans, voire plus tôt si leur tronche ne lui revient pas.

Plus besoin de payer des titres de transport, d’ISSP, de primes de fidélisation, etc : ils n’y ont pas le droit.

Le rêve de ce cher Xavier Bertrand enfin réalisé : fini l’emploi à vie de ces feignants de fonctionnaires !

Car on ne cesse de le répéter, il faut diminuer les dépenses publiques. Et qui plombe ses dépenses ? Mais la fonction publique bien sûr !

Et pas du tous les cadeaux fiscaux faramineux (50 milliards) faits aux entreprises, sans parler de celles, très bien placées au CAC 40, en retard de plusieurs années sur leurs cotisations sociales.

Et pour la police ça ne s’arrête pas là. Car l’administration a trouvé un autre moyen pour avoir de la "sécurité" à bas coût : les cadets de la république qui suppléent les policiers, voire les adjoints de sécurité.

Sont-ils eux aussi, un jour, destinés à les remplacer, en étant payés encore moins ?

La CGT-POLICE s’est déjà déclarée clairement contre le principe des emplois jeunes qui n’est qu’un système déguisé destiné à faire baisser artificiellement les chiffres du chômage.

Ils sont sous-payés, déconsidérés, et même parfois laissés à l’abandon sans aucune aide de reclassement lorsqu’ils se font purement et simplement virer, après avoir parfois été recrutés outremer (certains dorment dans les gares).

La CGT-POLICE exige la fin de ces emplois jeunes et l’intégration des adjoints de sécurité dans la police nationale en tant que fonctionnaires à part entière, par le biais de concours spécifiques permettant de prendre en compte leur expérience professionnelle.

La CGT-POLICE souhaite une vraie police avec des rémunérations à la hauteur du travail croissant auquel elle doit faire face et exige le dégel immédiat du point d’indice et le recrutement de policiers.

Ensemble, disons non à la police de demain que l’administration veut nous imposer.

Rechercher