Union Locale CGT Paris 11

Article CGT

D 12 octobre 2014     H 11:45     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


La Sécu c’est vital !

C’est grâce à ses acquis et à des droits garantis que même en pleine crise économique et sociale, elle évite à des milliers de salariés et de familles de plonger dans la misère et la pauvreté !

D’ores et déjà, des plans d’économie de plusieurs milliards d’euros sont annoncés dans la santé, à l’hôpital, pour la politique du médicament, la famille, la retraite, la gestion de la Sécurité sociale. Des milliers d’emplois sont menacés dans ces secteurs professionnels.

La CGT appelle tous les salariés à se mobiliser pour reconquérir une Sécurité sociale de haut niveau répondant aux besoins d’aujourd’hui !

Les valeurs de la Sécurité sociale sont justes : protéger dans la solidarité, partager les richesses produites par le travail pour financer la réponse aux besoins de tous, c’est la solution.

Notre système a participé à la croissance, en maintenant du pouvoir d’achat, au développement de notre système de santé et de retraite, à l’accompagnement des familles. Il a permis l’allongement de la durée de vie…

Mais aujourd’hui, les inégalités progressent, l’accès aux soins devient difficile, voire inaccessible pour certains, les prestations familiales stagnent, l’accompagnement des personnes âgées est peu pris en charge…

Le travail dans la santé, le social, la Sécurité sociale se dégrade. La société change, les besoins sont grandissants. Il faut améliorer et garantir notre système solidaire de Sécurité sociale.

La Sécurité sociale n’est pas malade de trop de dépenses mais d’un manque de recettes

La bataille idéologique bat son plein. Le patronat, depuis toujours a agi pour affaiblir les droits et diminuer leur contribution au financement de la Sécurité sociale. De réforme en réforme, il a obtenu, des exonérations de cotisations sociales (30 milliards d’euros par an) notamment sur les bas salaires, des baisses de cotisations, des aides publiques de l’État (220 milliards d’euros aujourd’hui)… au nom d’un prétendu « coût du travail » trop élevé qui nuirait à l’emploi.

Le constat est là : les conditions de travail se détériorent, le chômage, la précarité, les bas salaires, les suppressions d’emplois minent le développement et la croissance du pays !

Le patronat veut masquer la part des richesses prélevées sur le travail reversée sous formes de dividendes aux actionnaires, qui continue de progresser et qui échappe à la solidarité nationale. Ces dividendes sont versés au détriment des salaires et de l’emploi, de l’investissement et donc pénalisent notre capacité à financer la Sécurité sociale. Le pacte de responsabilité, signé entre le président de la République et M. Gattaz du Medef, va amputer la Sécurité sociale de prés de 20 milliards d’euros supplémentaires. Le débat qui va s’ouvrir sur le financement de la Sécurité sociale au Parlement sera l’occasion d’exprimer d’autres solutions plus justes, plus solidaires pour répondre aux besoins.

La CGT propose une nouvelle dynamique de financement

- • Valoriser le travail : le transformer et améliorer les conditions de travail, à la fois pour la santé des salariés et celle de l’entreprise. Les problèmes de santé liés au mal travail coûtent 80 milliards d’euros par an à notre économie.
- • Favoriser l’emploi stable, combattre la précarité et le chômage, augmenter le Smic et les salaires, gagner l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, supprimer le travail illégal… C’est des recettes en plus pour la Sécu.
- • Gagner une Sécurité sociale de haut niveau et une sécurité sociale professionnelle permettant de garantir des droits tout au long du parcours du salarié. La première « sécurité sociale », c’est d’avoir du travail !
- • Reconquérir la démocratie dans la Sécurité sociale et dans le système de santé.
- • Garantir et maintenir un financement assis sur le travail par les cotisations sociales.
- • Stopper les exonérations de cotisations sociales accordées aux employeurs.
- • Soumettre à cotisations sociales les revenus issus de l’intéressement, de la participation et des Plans d’épargne d’entreprise.
- • Moduler la cotisation employeur pour favoriser l’emploi et l’investissement.
- • Faire contribuer les revenus financiers des entreprises à hauteur des cotisations salariales.

Rechercher