Union Locale CGT Paris 11

D 16 avril 2012     H 08:29     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Hommage à la résistante Lise London

La résistante communiste Lise London, veuve d’Arthur London, dont le procès stalinien en Tchécoslovaquie a été rendu célèbre par le film "L’Aveu", est décédée samedi à Paris à l’âge de 96 ans. Ses obsèques auront lieu jeudi 5 avril à 10h30 au cimetière parisien d’Ivry.

Né en 1916 en France de parents espagnols, engagée très tôt au PCF, Elisabeth Ricol rencontre à Moscou en 1935 le communiste tchèque Arthur London, qu’elle épouse avant de s’engager dans la guerre civile espagnole, puis dans la Résistance en France. Elle fut déportée à Ravensbrück. Après la guerre, Lise London s’installe en Tchécoslovaquie où son mari devient vice-ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement communiste installé par l’URSS. Mais dans le cadre des purges staliniennes, Arthur London tombe en disgrâce et est arrêté en 1951.

Arthur London, finalement libéré en 1956 et réfugié en France, relate les interrogatoires, tortures et procès qu’il subit dans le livre "L’Aveu", publié en 1968 et porté deux ans plus tard à l’écran par Constantin Costa-Gavras, avec Yves Montand dans le rôle d’Arthur et Simone Signoret dans celui de Lise. Lise London, dont le mari est mort en 1986, était restée adhérente au Parti communiste, en dénonçant "le dévoiement du socialisme par Staline".

"Ouvrez grands les yeux, soyez vous-mêmes"

Saluant "une femme exceptionnelle, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a repris les mots de Lise London pour lui rendre hommage : "Ouvrez grands les yeux, ne vous laissez pas enfermer dans les certitudes, n’hésitez pas à douter, battez-vous contre les injustices, Ne laissez pas la perversion salir les idéaux communistes. Soyez vous- mêmes", dira notre camarade Lise London à ceux qui l’interrogeaient encore sur son engagement communiste présent. "Ouvrez grands les yeux... soyez vous-mêmes ", chère Lise, en chérissant ta mémoire, nous serons fidèles à ton injonction.

Article L’Humanité, 01.04.2012

Lise London photographiée par la Gestapo lors de son arrestation en 1942

A lire :
- L’écheveau du temps : La mégère de la rue Daguerre, souvenirs de résistance, Paris, Seuil, 1995.
- L’écheveau du temps : le printemps des camarades, Paris, Editions du Seuil, 1996.

Lise London parle de son engagement lors de la guerre civile espagnole


Rechercher