Union Locale CGT Paris 11

Article US CGT Services Publics Parisiens

D 7 juillet 2015     H 08:05     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Emplois-tremplins reclassement : des agents en bagarre pour ne pas être payés à rester chez eux

Un reclassement « parcours du combattant »

Le reclassement des agents déclarés inaptes à leurs postes est une obligation légale pour tout employeur. Pour autant, à la Ville de Paris, qui n’est pas une petite structure dans laquelle il serait difficile de changer de poste, le reclassement est un parcours du combattant pour bien des agents : reconnaissance de l’inaptitude, comité médical, sélection, stage, examens, puis stagiaire dans un nouveau grade.

Bref, il faut plusieurs années aux agents, et cela, seulement si tout se passe bien, pour être reclassés. Résultat : certains agents subissent depuis 10 ans de multiples procédures de reclassement qui n’aboutissent pas, d’autres réussissent le parcours du combattant (des examens, des oraux, des entretiens d’embauche,… ) mais ne trouvent pas de poste.

La Ville ne met en réalité que des moyens très limités pour le reclassement, un service chargé du reclassement inadapté aux différents besoins que suscitent le reclassement professionnel, des avis du comité médical qui arrivent parfois 1 an après la demande, des formations pour un nombre restreint d’agents.

Agents à reclasser et service en sous-effectifs

A la Ville de Paris, les suppressions de postes dans les services, organisés par la direction, ont des conséquences : le sous-effectif est chronique, et une partie des services continue de fonctionner grâce à des agents qui font leur « stage » de reclassement… (qu’on nous présente toujours comme une « aide » pour le service alors qu’ils sont censés être en formation).

Malgré le manque d’effectifs dans les services, le reclassement n’est pas une priorité de la Ville qui demande carrément à des agents de rester chez eux et d’attendre patiemment qu’on leur trouve un poste, ou que leur dossier passe en comité médical. Ainsi, certains agents sont pendant des mois ou des années payés mais sans pouvoir travailler.

La ville préfère donc payer des agents à ne rien faire alors que ceux-ci se battent pour être reclassés depuis des années ...pendant que dans les services, les agents souffrent du manque constant d’effectifs.

Les agents en reclassement pourraient être une chance pour les services et ils sont systématiquement considérés par la Ville comme un poids.

Un traitement des agents par la Ville qui engendre stress, souffrance au travail, …

Malgré ses belles intentions sur la prévention des Risques Psycho Sociaux (RPS), « chat » et formation des encadrants sur le sujet, la Ville est loin de prendre des mesures à la hauteur de sa communication en ce qui concerne ses agents en reclassement.

La Ville produit des RPS en mettant en plus la pression sur les agents en emploi-tremplin puisqu’elle leur fait comprendre que s’ils ne sont pas capables de se reclasser en adjoint administratif, la seule solution sera de les mettre à la retraite pour invalidité, si leur situation médicale ne leur permet pas d’aller dans les métiers où la Ville a besoin de recruter.

Certains sont donc malheureusement, prêts à tout accepter, au mépris de leur santé, pour éviter d’être ainsi, mis à la marge du travail, avec un traitement misérable qui ne permet pas de vivre dignement.

La logique comptable de la Ville

n réalité, l’ensemble des agents de la Ville de Paris est victime de sa logique comptable : pas de moyens pour le reclassement (ni pour la prévention, qui permettrait pourtant d’éviter que la Ville ait un nombre d’accidents du travail supérieur à celui du secteur privé), un nombre de postes en constante diminution. Ces suppressions de postes poussent les directions à ne pas recruter d’agent en reclassement, et à faire partir ceux qui n’augmentent pas la cadence pour compenser les postes supprimés.

La désorganisation des services de la Ville est ainsi orchestrée par la Ville et les élus... au nom de leurs fameuses « contraintes budgétaires » dont les agents en reclassement sont parmi les premières victimes.

Malgré tout, ces agents payés pourraient trouver leurs places dans les services... cela ne couterait pas plus à la Ville... si ce n’est se donner les moyens de reclasser ces agents.

Et maintenant...

Aujourd’hui, les agents qui devraient être reclassés, continuent à se battre pour pouvoir trouver une place et ne plus être mis de côté par la Ville...

Et dans les services, les manques d’effectifs sont flagrants.

Cette situation est simplement inadmissible pour tous les agents de la Ville.

Les élus et la direction de la Ville veulent faire croire qu’ils sont « responsables », qu’ils sont de parfaits gestionnaires de l’argent public et qu’ils se donnent les moyens de préserver la santé des agents... alors qu’ils ne respectent ni leurs obligations ni même les agents de la Ville.

Il est urgent que le reclassement devienne une réalité à la Ville en se donnant les moyens nécessaires en terme de formation, d’adaptation aux besoins des agents, etc…

Emplois-tremplins reclassement : des agents en bagarre pour ne pas être payés à rester chez eux

Rechercher