Union Locale CGT Paris 11

cgt culture Paris

D 15 décembre 2015     H 08:20     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


Culture : quand des élus parisiens sont flashés en plein excès de démagogie et de populisme

Mais à force de ramer, Bruno Julliard et Rémi Féraud vont bientôt devoir attaquer la falaise.

Quand des hommes politiques disent ce que veulent entendre leur auditoire, on appelle cela de la démagogie, voire du populisme. C’est dans cette discipline, certes prisée par de nombreux élus, que ce sont illustrés dernièrement Bruno Julliard, premier adjoint en charge de la culture à la Ville de Paris et Rémi féraud, maire du Xème arrondissement. Deux figures éminentes du socialisme municipal dans la capitale.

Mais qu’est ce qui a bien pu pousser nos deux personnalités parisiennes à se prendre les pieds dans le tapis ? Tout simplement leur justification, sans vergogne, à vouloir fermer une bibliothèque simplement pour faire de (petites) économies alors que celle-ci fonctionne encore très bien en terme de fréquentation.

On parle ici de la bibliothèque Château d’Eau, nichée au cœur de la mairie du Xème arrondissement. Pourtant, Rémi Féraud puis Bruno Julliard ont juré, la main sur le cœur, leur amour des bibliothèques en général et leur attachement à Château d’Eau en particulier.

Ainsi, le maire du Xe n’a pas hésité à clamer : « Je suis très attaché à l’existence de la bibliothèque Château d’Eau au sein de la mairie et ne souhaite pas récupérer ses locaux ». Bon, il est vrai que c’était face à des représentants syndicaux et juste avant les dernières élections municipales. Démagogie quand tu nous tient.

Toutefois, le premier prix de cynisme a été décroché, haut la main, par Bruno Jullliard. Alors que ses services annonçaient officiellement aux représentants des personnels la fermeture de la bibliothèque Château d’Eau, l’adjoint à la culture d’Anne Hidalgo clamait.... son amour des bibliothèques !

C’était il y a dix jours à peine. Un discours, là aussi, adapté à son auditoire puisque prononcé à l’occasion de la remise du prix Livres-Hebdo des bibliothèques. « Aujourd’hui, les bibliothèques en France sont tellement intégrées qu’elles sont considérées comme une évidence. Mais plus que jamais, nous devons les préserver et les renforcer ». Du lourd.

Plus fort, il n’hésitait pas alors à relier le tout aux attentats du 13 novembre ! « C’est, en ces jours dramatiques, un défi collectif que le pari de la lecture et des livres ». Qu’est ce que l’on ne ferait pas pour simplement flatter son public.

On aurait pu en rester là, mais Bruno Julliard, probablement grisé par l’événement, a aussi lâché sans prévenir : « Je souhaite longue vie à toutes les bibliothèques parisiennes et françaises ». Et là on peut dire qu’il a été flashé en plein excès de démagogie et de populisme. Pour en sortir il va devoir ramer. Mais à force de ramer il va bientôt attaquer la falaise.


Voir en ligne : cgt culture Paris

Rechercher