Union Locale CGT Paris 11

D 17 juillet 2014     H 13:41     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


72% des agents du CASVP ne bénéficient pas de la restauration collective !

Notre restauration collective est en danger

« L’accès du plus grand nombre à la restauration collective est pour l’administration un sujet d’attention prioritaire ». Véronique Bedague-Hamilius, Secrétaire Générale de la Ville de Paris. Journal « Mission Capitale », été 2012.

Mme Bedague-Hamilius, a quitté la Ville et Mme La maire de Paris, Anne Hidalgo, doit trouver 400 millions d’euros pour équilibrer le budget parisien.

Conséquences :

► Fermeture programmée de plusieurs restaurants ;
► Aucune ouverture de restaurant dans l’est parisien ;
► Formule « dite sociale » supprimée dans les restaurants ;
► Service du soir à Morland supprimé ou en voie de l’être ;
► Solde débiteur de l’ASPP* = 407.000 € à ce jour ;
► Déficit annoncé pour 2014 = 845 000 €...

*Créée le 2 novembre 1981, l’Association d’Action Sociale en faveur des Personnels de la Ville de Paris et du Département de Paris (ASPP) est une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901. Sa mission est de gérer les services de restauration pour les agents de la Mairie de Paris et des administrations annexes. L’association est subventionnée par la Ville de Paris et le Département de Paris.

Rappel : Le coût du repas fabriqué par l’ASPP s’établissait en 2013 à 11,90€.

Entre les paroles et les actes, il y a la réalité.

► Pour un « sujet d’attention prioritaire », l’effet obtenu pas la municipalité est catastrophique puisque nous assistons à une chute des repas des personnels de catégories C (– 51 % en 2013) !
► Dans le même temps, la Mairie de Paris refuse de distribuer des Tickets restaurants aux agents et déclare soutenir la restauration collective.
► Nous constatons pourtant que l’ouverture de nouveaux restaurants ne suit pas, puisque nous sommes passés de 19 restaurants en 2009 à 17 en 2014...

La CGT refuse le retour à la gamelle sur le lieu de travail...

Au CASVP, trop d’agents sur la touche (bilan 2013)

291 998 repas ont été servis aux agents du CASVP en 2013

► 28% des agents bénéficient de la restauration collective répartis comme suit :

• 9,50% des agents utilisent les restaurants ASPP
• 7,20% des agents utilisent les restaurants des EHPAD
• 6,50% des agents utilisent les restaurants émeraude
• 2,80% des agents utilisent les restaurants des CHRS/CHU
• 2% des agents utilisent les restaurants conventionnés

► 72% des agents du CASVP ne bénéficient pas de la restauration collective

Salaire différé, exigeons notre dû !

Le subventionnement des œuvres sociales, c’est notre argent, il s’agit du salaire différé et chaque agent devrait pouvoir en bénéficier d’une manière ou d’une autre.

La CGT considère que dans une période de crise où les attentes des personnels sont fortes en matière sociale, la Mairie de Paris doit impérativement :

► Ouvrir des restaurants de proximité afin d’accueillir les personnels qui en sont dépourvus, notamment dans l’est parisien, mais aussi pour ceux qui du fait de l’ouverture des services en continu ont un temps trop court pour déjeuner.

► Revoir les droits d’accès qui ne tiennent pas toujours suffisamment compte de la réalité des rémunérations.

► Rétablir le repas dit « social » à moins de 3€ dans tous les restaurants de la Ville.

► Procéder à son extension aux restaurants du CASVP.

► Redéfinir la politique d’accès aux restaurants pour tous, quels que soient les horaires de travail ou les fonctions.

► Au titre de l’égalité de traitement, attribuer des tickets restaurants aux personnels qui ne peuvent bénéficier de la restauration collective.

► Établir un véritable paritarisme au sein de l’ASPP, sans voix prépondérante du président nommé par le maire de Paris et le partage démocratique de toutes les responsabilités au sein de l’association.

Vous pouvez compter sur la CGT

La CGT a obtenu la baisse des droits d’accès aux petits salaires et l’ouverture de deux tranches supplémentaires.

La mise en place de la formule « dite sociale » a été obtenue par la CGT. Nous mettons tout en œuvre pour son rétablissement.

La CGT mettra toute sa force de conviction pour sauver la restauration collective et faire aboutir nos propositions.

La Ville de Paris doit corriger la méthode de calcul qui permet d’attribuer sa subvention. Elle n’est pas à la hauteur de ce que nous sommes en droit d’attendre.

Nous n’accepterons jamais que la restauration collective ne serve au final que les intérêts des personnels travaillant dans le centre de Paris, près de l’Hôtel de Ville.

L’ASPP peut engager une autre politique et regagner les agents qui s’en détournent
Vous pouvez compter sur la CGT, ses militants, ses élus et mandatés pour accompagner votre colère légitime.

Notre restauration collective est en danger, pétition en ligne

Rechercher