Union Locale CGT Paris 11

article CGT préfecture de police de Paris

D 16 juillet 2015     H 07:21     A ulcgtparis11     RSS 2.0    


14 juillet 1953 : rappelons-nous…

Naissance d’une pratique festive politique, massive. Certes, le 14 au matin dans les beaux quartiers l’armée de la République défile.

Partout à la nuit tardivement tombante, les feux d’artifices, retraites aux flambeaux.

Il manque quelque chose dans ce paysage : le Peuple et la mémoire de sa Révolution que la classe dominante travaille en permanence à tronquer ou travestir.

Vieille tradition républicaine, le défilé populaire et festif qui de Bastille à Nation menait la population de la RP pour se finir en fête et en musique interrompu par les années d’occupation, il reprend en 1945 (après les manifestations patriotiques du 14 juillet 44 qui lanceront la dynamique de l’insurrection.

Tradition reprise donc à la Libération et qui connaîtra en 1953 un épilogue sanglant quand les troupes policières du gouvernement ouvrirons le feu à la suite des provocations des bérets rouges et des ceux verts des troupes coloniales. La police et ses éléments non épurés de l’occupation n’attendant que cela.

Canaille le Rouge ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir qui dans le gouvernement est « Ministre délégué au Conseil de l’Europe » débarrassé à grand peine de son encombrante francisque et son dossier « d’animateur de la traque aux ménées antinationale », un certain François Mitterrand.

Les massacres d’Algériens, à Paris, en octobre 1961, sans avoir encore été officiellement reconnus, font maintenant partie de la mémoire collective française. Il n’en est pas de même pour la violente répression qui a frappé des Algériens à Paris le 14 juillet 1953. Ce jour-là, un important cortège de travailleurs algériens s’était formé, encadré par le MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) de Messali Hadj. Ils scandaient “Non au colonialisme !”, “Nous voulons l’indépendance !” … Place de la Nation, les forces de l’ordre ont chargé ; des policiers ont tiré – il y aura 7 morts, six jeunes ouvriers algériens et un métallurgiste français, syndicaliste CGT membre du SO encadrant la manif.

Les balles du 14 juillet 1953 from Daniel Kupferstein on Vimeo.

Rechercher